Connaissez-vous vraiment Trouville-sur-Mer ?

Que cela soit votre première fois, que vous soyez un habitant ou un habitué de la station, Trouville-sur-Mer regorge de secrets qui ne demandent qu’à être connu et partagé !

TROUVILLE-SUR-MER… TERRE D’INSPIRATION

Trouville a été découvert par les artistes et, plus précisément, par un peintre paysagiste, un peintre de marine du XIXe siècle, Charles Mozin.

Il arrive à Trouville en 1825, à 19 ans, et découvre un petit port de pêche peuplé d’environ 1 500 habitants vivant au milieu de paysages merveilleux. Il s’empresse de peindre ces paysages. Il expose ensuite ses toiles dans les salons parisiens. Grâce à ses expositions, il fait découvrir Trouville à d’autres artistes, lesquels viendront à leur tour découvrir ce petit paradis. Charles Mozin, lui-même, n’hésitera pas à quitter sa notoriété parisienne toute naissante pour venir s’installer définitivement à Trouville.

En 1838, il fait construire un premier chalet, habitation remarquable qui avait la forme d’un vieux manoir. En 1842, il en fait construire un second, à droite de la Bibliothèque municipale, lequel existe toujours. C’est au premier étage que se trouvait son atelier, il y peignait par jour de mauvais temps.

Grâce à Charles Mozin et ses expositions parisiennes, Trouville-sur-Mer connu une notoriété grandissante auprès de nombreux artistes et amis du peintre.

Alexandre DUMAS (fils) arriva à Trouville en 1831 où il séjournera 2 mois dans l’Auberge de la mère OZERAIS. C’est dans cette auberge qu’Alexandre DUMAS, Eugène ISABEY, Paul HUET, Charles MOZIN… venaient se régaler autour d’un plat qu’ils réglaient souvent d’un poème, d’un dessin ou d’une toile. C’est également dans cette auberge qu’Alexandre DUMAS rédigea son livre « Charles VII ».

Gustave Flaubert avait lui aussi l’habitude de venir à Trouville. En effet, chaque été, la famille Flaubert venait passer ses vacances à Trouville. Flaubert adorait la plage et la mer, lieu encore désert et sauvage. 

C’est en août 1836 qu’il rencontre le grand amour de sa vie en la personne d’Élisa Schlésinger. Gustave se promenait à la plage et vit une superbe pelisse rouge rayée noire que la marée montante mouillait. Il la saisit et la rendit à sa charmante propriétaire : Élisa Schlésinger. Suite à cette rencontre, Elisa restera l’unique passion de Gustave au cours de sa vie et lui inspira « Les Mémoires d’un Fou » et fut aussi l’une des héroïnes de « l’Education Sentimentale ».

Aujourd’hui la statue de Flaubert situé dans le square, regarde toujours en direction de l’Hôtel Bellevue et, plus précisément, dit-on, en direction de la chambre d’Élisa où elle séjournait lors de ses séjours trouvillais.

Envie de partager des secrets à propos de Trouville-sur-Mer ? Rendez-vous sur Secrets Normands !